Michael Jackson: Guéris le Monde Index du Forum

Michael Jackson: Guéris le Monde
L'humanité pour la Vérité

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Quel role joue cette Pandémie?
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Michael Jackson: Guéris le Monde Index du Forum -> MJ gueris le Monde -> Gouvernement Mondial
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Colleen
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2009
Messages: 502
Localisation: drome

MessagePosté le: Mer 2 Déc - 21:13 (2009)    Sujet du message: Quel role joue cette Pandémie? Répondre en citant

Voici un article qui n'a nul besoin de commentaires:



Accueil du site > Sciences, Santé, Vie
Grippe porcine 1976 : crime du gouvernement et danger des vaccins.

Version imprimable de cet article Version imprimable
envoyer l'article par courriel title= Envoyer par courriel

mercredi 15 juillet 2009 par zef

(Source : Prise de conscience)

Cette archive présente l’enquête de l’émission de CBS ‘60 minutes’ qui fut diffusée en 1979, trois ans après la pandémie officielle de la grippe porcine de 1976 aux états-unis et la campagne de vaccination massive qui s’en suivit. Cette vidéo a été récupérée après 15 ans de procédures.

On y voit notamment qu’en 1976 les autorités ont annoncé une pandémie de grippe porcine qui allait tuer des millions de gens. Du coup 46 millions d’Américains se sont fait vacciner. Trois ans plus tard, non seulement la pandémie n’a pas eu lieu mais 4000 Américains réclamaient pour 3,5 milliards de dollars au gouvernement en raison des effets secondaires du vaccin !

Beaucoup de spécialistes en médecine, médecin, spécialiste en neuropsychiatrie, neurologie comportementale, comme Le Dr Andrew Moulden par exemple, font état des preuves neurologiques, hématologiques et immunologiques qui permettent aujourd’hui de conclure que TOUTES les vaccinations polluent le corps et peuvent provoquer des dégâts majeurs pour la santé, pouvant conduire à des maladies chroniques ou à des troubles comme l’autisme.

Pour information, le Dr Andrew Moulden a reçu pas moins de 27 prix/récompenses pour ses recherches cliniques et biomédicales, son enseignement et son excellence académique. Il est aussi le leader du parti canadien “Action”. Sa philosophie peut se résumer ainsi : “Il ne s’agit pas d’être meilleur que ses concitoyens, il s’agit d’aider ses concitoyens à devenir meilleurs”.

Il explique :

« Le fait que mes propos vont à l’encontre des positions de l’establishment et de la pratique qui veut que les enfants des écoles subissent les vaccinations ne change en rien la réalité. Notre devoir est d’apporter la lumière dans toute cette obscurité… Je sais que je suis confronté à Goliath. »

« Avec une politique de profit à tous crins, nous avons ruiné la santé d’une génération d’enfants, ainsi que les espoirs et les rêves :

- d’1 enfant sur 87 ( autisme),
- 15% d’enfants atteintes de troubles de l’attention,
- 1 enfant sur 6 souffrant de troubles de l’apprentissage,
- 1 enfant sur 9 souffrant d’asthme,
- 1 enfant sur 50 souffrant de diabète insulino-dépendant,
- 1-2% d’enfants décédés (mort subite du nourrisson),
- 250.000 vétérans de la guerre du golfe atteints de maladies chroniques avec 40.000 décès (même parmi les soldats qui n’ont pas quitté le pays.)

Et aujourd’hui le monde se prépare à subir la loi martiale sur le plan médical, ainsi qu’un programme de vaccinations pour la grippe aviaire ou autre hybride de la grippe espagnole/aviaire…Nous nous sommes nous-mêmes mis dans le pétrin et nous nous sommes nous-mêmes coincés dans cette crise mondiale de maladies infectieuses. Certains vont mourir de maladies infectieuses, d’autres mourront des vaccinations ou souffriront de quantités d’autres troubles chroniques mal définis dus aussi aux vaccinations.

L’addition d’adjuvants aux vaccins (aluminium, squalène, liposomes…) pour stimuler et prolonger la réponse immunitaire représente la chose la plus terrible que l’homme ait jamais perpétré contre lui-même et ses semblables tout au cours de l’histoire, et ce pour le profit.

« Tous ceux pour lesquels j’évoque les diagnostics en leur montrant clichés et vidéos s’effondrent et ne peuvent souvent retenir leurs larmes ! »

“TOUS LES VACCINS SONT SUSCEPTIBLES DE CAUSER LES MÊMES DOMMAGES ISCHEMIQUES (= obstruction d’ordre vasculaire) ET L’AUTISME !”

Les découvertes du Dr Moulden ont été confirmées par des centaines de médecins et experts médicaux indépendants du monde entier, mais l’ordre des médecins et les politiciens refusent de les reconnaître et de faire des recherches.

zef
Articles de cet auteur

* Recherche : l’électronique dans la peau
* Novartis inaugure une vaste usine de culture de cellules aux Etats-Unis
* CERN à vous d’juger
* Tollé monumental autour de l’arrivée de Jean Sarkozy à la tête de La Défense
* LHC : démarrage en douceur
* [...]

Répondre à cet article
Forum

*
Grippe porcine 1976 : crime du gouvernement et danger des vaccins.
16 juillet 2009, par bozon2
C’est du n’importe quoi ce dossier. Discours purement orienté par un anti-vaccination. Seulement, si des vaccins tels que les vaccins contre le tétanos, contre la variole, contre les méningites n’existaient pas, l’espérance de vie de l’auteur serait amoindrie (d’environ la moitié d’une part à cause de la virulence de ces maladies, d’autre part à cause de la disparition de certaines de ces maladies grace aux vaccins). Alors, oui, l’auteur à tout à fait raison de dire qu’il y a un risque de se faire faire un vaccin. Mais ce risque est dosé et à l’heure actuelle, ne vaut-i pas mieux avoir 1 risque sur 10000 d’avoir un grave effet secondaire après une vaccination du tétanos que 99% de risque de claquer si on attrape la maladie ????? Je ne sais pas ou vous tenez ces chiffres.... mais là aussi c’est du grand n’importe quoi. L’autisme existait bien avant la vaccination ; il est vrai que quelques cas on pu être constaté, mais surement pas 1 sur 87 en lien direct avec la vaccination. Mort subite du nourrisson ?? là aussi, le facteur principal est la position de repos du bébé. 15% d’enfants souffrent de troubles de l’attention : c’est tout à fait vrai... mon fils est un peu hyperactif et ne m’écoute pas beaucoup... mais je doute que la vaccination est eu un effet sur lui... c’est plutot dut à sa prématurité... à mon avis, dans ces 15% d’enfants souffrant de troubles, on peut peut être dire que la vaccination est en cause dans 0,001% des cas..... Alors, vous qui dites que la vaccination n’a rien de bénéfique, si un jour votre enfant se meurt d’une quelquonque maladie inguérissable, vous detesterez la médecine car elle n’aura pas encore découvert le vaccin pour celle-ci !!!
Répondre à ce message
o
Grippe porcine 1976 : crime du gouvernement et danger des vaccins.
16 juillet 2009, par Nqirod

"Seulement, si des vaccins tels que les vaccins contre le tétanos, contre la variole, contre les méningites n’existaient pas, l’espérance de vie de l’auteur serait amoindrie (d’environ la moitié d’une part à cause de la virulence de ces maladies, d’autre part à cause de la disparition de certaines de ces maladies grâce aux vaccins)"

Laisse moi être perplexe la dessus... Quand j vois comment on s’y est pris pour "créer" des maladies , jme demande si c’est pas dla propagande leurs vaccins sauveurs Mad ( ce n’est que mon opinion personnel sur le sujet , plus jamais je ne me ferai vacciner , d’ailleurs , je ne sais même pas si un jour j’irai revoir un médecin ou ré entrerai à l’hôpital ...toute leur pharmacologie me fait tristement peur et je ne leur fait pas confiance...donc encore moins sur des vaccins... surtout des vaccins d’une telle grippe déjà, présenté comme dit l’auteur en 1976 avec extrêmement d’effets secondaires " voulus ou non" ...
Répondre à ce message
o
Grippe porcine 1976 : crime du gouvernement et danger des vaccins.
16 juillet 2009, par zef
"si un jour votre enfant se meurt d’une quelquonque maladie inguérissable".... je crois que les faire naitre pour alimenter la grande corporation est la plus grande des maladies de ce monde.
Répondre à ce message
o
Grippe porcine 1976 : crime du gouvernement et danger des vaccins.
16 juillet 2009, par speed air web

Bozon fait confiance aux industries pharmaceutiques qui s’engraissent sur le dos des populations à coups de centaines de milliards d’euros et de dollars tout en faisant crever le tiers monde à commencer par les enfants. Mais Bozon il aime le sien de gosse ; il prendra le risque de le faire vacciner sans se poser de questions...il fait ce qu’il veut et décide ce que bon lui semble pour l’avenir de ses enfants. En ce qui me concerne c’est niet, et je n’ai pas attendu de lire l’article d’hier sur NOT de la journaliste qui dénonce et porte plainte contre l’OMS pour préméditation de génocide.

Les forces de l’ordre (les premières à y passer) ne risquent rien, idem pour les banquiers, le patronna, et les bourgeois non plus... Par contre tout élément considéré comme "subversif", les pauvres, les retraités fardeaux de la société, les sdf, les étrangers d’origine africaine...c’est l’hécatombe assurée qui les attend. Ils ont probablement l’intention de les faire tous crever sans remord...

Souvenez-vous de ce qui s’est passé aux USA en 1976 qui ressemblait déjà aux prémisses de ce qu’ils nous préparent maintenant : http://www.dailymotion.com/mychannel/BRAVE-CRANE/video/x9to60_attention-vac…

Même l’Allemagne nazie n’y avait pas songé, eux si !

Merci aussi au passage aux industries pharmaceutiques qui s’engraissent sans vergogne sur le dos des populations. La ils touchent le pactole à coups de milliards d’euros et de dollars ces salopards. Est ce qu’ils vont se gratter pour nous faire crever comme de vulgaires rats de laboratoire ?

Ca pue la mort cette histoire.

Ils nous préparent une paralysie totale de la société occidentale ! Le monde appartient à Bilderberg, Rockfeller, Rothshild et autres mauvaises compagnies... Souvenons-nous des "protocoles" : quels que soient ceux qui les ont écrits, là n’est pas l’important. Le fait est qu’ils existent et résonnent aujourd’hui avec un sinistre accent de vérité. Ceux qui crient au loup contre les partisans d’un complot international passent aujourd’hui pour de sombres abrutis qui pensent que les gouvernements sont bénéfiques aux peuples alors même qu’ils participent activement à des génocides planétaires (infanticides de masse !) Quelle rigolade, ils ont l’air de quoi aujourd’hui ? Ils vont tendre leurs bras de gentils moutons (bourrins) incrédules ? Réveillons nous avant qu’il ne soit trop tard !


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 2 Déc - 21:13 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Colleen
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2009
Messages: 502
Localisation: drome

MessagePosté le: Sam 5 Déc - 17:47 (2009)    Sujet du message: Quel role joue cette Pandémie? Répondre en citant

Un article peu rassurant sur les effets de la vaccination

par John Lloyds mardi 10 novembre 2009
: Grippe A : Les vaccinés pourraient devenir vecteurs de la mutation du virus

« L’histoire du virus H1N1 lié à la pandémie 2009 continue et c’est un descendant de quatrième génération du virus 1918 ». La généalogie du virus porcin n’a jamais été rompue depuis la pandémie de 1918 : c’est ce qui ressort d’une étude du « New England Journal of Medecine », étude pour laquelle la pandémie actuelle est issue de la combinaison de deux virus dont l’un (Source : Science Mai 2009) est un descendant de la souche H1N1 de 1918, tristement célèbre pour avoir fait plus de mort que la première guerre mondiale.
Cette étude dit la chose suivante : « Une fois que les nouveaux virus de grippe humains apparaissent et causent des pandémies, l’immunité des populations contre leurs protéines d’ha et de Na augmente rapidement. La contre performance offensive de l’immunité des populations est contrée par la capacité remarquable du virus de grippe, d’évoluer au moyen de mutation ou par l’acquisition de réassortiment de différents sous-types […] Ce processus dirigent des descendants “causé par le virus de 1918 […] ils ont également causé “la pandémie-comme l’events”, lié au réassortiment intra subtypiques en 1947 (H1N1), 1951 (H1N1) … ».


Or que s’est-il passé en 1947 ? Une pandémie H1N1 : « D’abord détectée dans les bases militaires américaines (ndlr : tiens donc !?) au Japon en 1946, elle s’est rapidement propagée dans le monde entier [….] Alors qu’il s’agissait encore du H1N1, il y a eu un changement antigénique soudain et significatif, créant un échec complet du vaccin cette année-là ».

Que s’est-il donc passé ? Une mutation du virus H1N1 est apparue après une campagne de vaccination.


En 1951, une autre pandémie, plus virulente encore, s’étend de l’Angleterre au Canada, puis aux Etats-Unis, pour laquelle on constate que le « taux de mortalité hebdomadaire a même surpassé celui de la pandémie de grippe de 1918 ». Le vaccin est-il là-aussi en cause ? Selon une étude, ces deux proches parents H1N1, celui de 1947 et celui de 1951, auraient pu procéder à un échange de matériel génétique.

L’auteur de l’étude pointe du doigt les vaccins en insistant sur la vigilance à apporter aux observations pour prévenir toute mutation : « Si nous voulons vacciner tous les ans, notre surveillance ne doit pas seulement se focaliser sur l’évolution d’une seule lignée de virus […] Il y a de multiples chaînes co-circulant et échangeant du matériel génétique. Par exemple les chaînes H1N1 et H3N2 génèrent occasionnellement des hybrides H1N2 ».

Les vaccins interfèrent-ils dans la possible mutation d’un virus, voire même la favorisent-ils ? C’est ce qu’il ressort d’une étude de l’université japonaise de Shizuoka : « Bien que la vaccination puisse être un outil utile pour le contrôle des épidémies de grippe aviaire, cela peut entraîner l’émergence d’une chaîne résistante au vaccin. Des études expérimentales et de terrain démontrent que des chaînes de grippes aviaires acquièrent une capacité de résistance contre la vaccination ».

Les auteurs poursuivent : « Le vaccin peut faciliter le fait que la maladie se répande : Une diffusion considérable de la résistance de la chaîne peut partiellement compromettre les bénéfices du programme de vaccination. Par exemple, même si on exécute complètement le programme de vaccination, la taille finale de la pandémie peut devenir plus importante qu’avant la pandémie. Cela implique que la vaccination, au lieu d’enrayer la diffusion de la pandémie, aide à sa propagation ».

Les auteurs insistent sur le fait que la vaccination ne doit pas être le seul facteur de soin, mais être cumulé à d’autres mesures, comme la quarantaine et une « biosécurité » accrue. Selon leurs conclusions, la course à la résistance doit se suivre sur une période de 500 jours, l’apparition de la résistance pouvant commencer à apparaître entre 250 et 300 jours après vaccination, pour culminer et rester stable à partir de 400 jours.

Malheureusement, peu d’études scientifiques ont été entreprises sur le sujet, et on peut s’étonner du peu de voix, issues du « milieu médical autorisé », qui évoquent l’éventualité qu’un vaccin pouvant favoriser les mutations. Mais dans la dictature médicale qui est la nôtre, on sait qu’il ne faut rien attendre des laboratoires, rien des gouvernements qui sont leurs suppôts, rien des médecins libéraux qui sont leurs pions, médecins avec, au-dessus de leurs têtes, l’épée de Damoclès de l’ordre qui a droit de vie et de mort sur leur cabinet s’il advenait que l’un d’eux dévie sa trajectoire d’un seul degré par rapport aux attendus conventionnels.

Et Dieu sait si la vaccination est une source de jouvence financière, aussi bien pour l’industrie pharmaceutique que pour les médecins eux-mêmes. Ceux-ci, mêmes réquisitionnés, toucheront quand-même 66€ de l’heure et n’hésiteront pas injecter un vaccin très suspect, qu’eux-mêmes, en majorité, n’ont pas pris. L’obéissance et la servitude avant l’éthique et la recherche objective, comment attendre de qui que ce soit du milieu médical qu’il mette en doute la mécanique de la poule aux œufs d’or ?

La séquence vaccination-mutation est une chaîne sans fin que l’on constate dans la grippe saisonnière depuis l’invention du vaccin correspondant en 1944 suite au financement de l’armée américaine (encore elle). La grippe saisonnière n’a jamais été guérie par la vaccination, au contraire elle s’est adaptée par mutations successives depuis 60 ans : « Pour tenir compte des glissements antigéniques, les vaccins grippaux sont donc préparés chaque année à partir des souches virales ayant circulé l’année précédente. En février de chaque nouvelle année, l’Organisation mondiale de la santé fixe les souches virales qui composeront le vaccin antigrippal de l’année suivante, en fonction des données épidémiologiques résultant de la surveillance des virus influenza circulants » (source Wikipedia). Quelle manne astronomique pour toute la chaîne médicale, médecins compris !

Pourquoi devrait-il en être autrement pour le virus H1N1 qui nous hante depuis 91 ans, et pour lequel la première vaccination de 1947 a été un fiasco la même année, et est suspectée d’avoir muté par échange de matériel génétique pour mener au désastre de la pandémie de 1951 ? L’histoire ne va-t-elle pas se répéter, dans un intervalle de temps beaucoup plus court, vue la masse vaccinée ?

Personne ne doit attendre une étude diligentée par le milieu médical, qui se tirerait une balle dans le pied. Ne restent que les médecins mis au banc pour oser mettre en cause le Graal. Comme Vercoutère ou d’autres initiatives, comme Crèvecoeur, pour qui la vaccination pourrait générer une souche mutante :

« dès l’injection du vaccin, le cocktail préparé soigneusement par les laboratoires entraîne la mutation et la combinaison des différentes souches dans le corps du patient, rendant les virus extrêmement mortels »

Si cette éventualité s’avérait exacte, les vaccinés pourraient devenir les bouillons de culture vivants permettant l’essor d’une nouvelle souche mutante. Ce qui expliquerait la démesure du plan actuel de vaccination massive pour une ridicule grippette : une mutation attendue avec une infrastructure déjà en place.


Revenir en haut
Colleen
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2009
Messages: 502
Localisation: drome

MessagePosté le: Lun 14 Déc - 20:19 (2009)    Sujet du message: Quel role joue cette Pandémie? Répondre en citant

Psychose de la grippe A au Canada vers une vaccination de masse


H1N1 : les Canadiens se font vacciner en masse
France Info - 18 novembre 2009

*
*
*

Au Canada, la campagne de vaccination contre la grippe AH1N1 a démarré depuis quelques semaines. 20% de la population a déjà été vacciné. Apparemment, les citoyens sont très mobilisés et attendent de longues heures avant de faire vacciner.

En Octobre, le ministre de la santé et des députés relevaient leur manche de chemise pour se faire piquer devant les caméras de télévision afin de convaincre les sceptiques. La mort foudroyante d’un adolescent de 13 ans en Ontario a eu cependant beaucoup plus d’effet que cette opération de relations publiques, même si l’on ignore aujourd’hui si ce jeune joueur de hockey est vraiment décédé de la grippe H1N1. Les citoyens ont pris d’assaut les centres de vaccination mis en place dans les centres commerciaux, les stades, les centres de congrès dès qu’ils ont ouvert. Priorité au début, au personnel soignant, puis aux femmes enceintes et aux enfants de 6 mois à 3 ans, et aux malades chroniques de moins de 65 ans. Dans certaines régions, les files d’attente ressemblent à celles qu’on voit généralement pour se procurer des billets de concert. Des gens arrivent dans la nuit, avec leur pliant pour s’assurer de recevoir leur dose de vaccin quand le centre ouvre. Les autorités ont réussi à faire diminuer l’attente en instituant un système de coupon qui précise l’heure à laquelle on peut se faire vacciner, mais dans certaines régions, il faut quand même s’armer de patience.


Revenir en haut
Colleen
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2009
Messages: 502
Localisation: drome

MessagePosté le: Mar 15 Déc - 15:27 (2009)    Sujet du message: Quel role joue cette Pandémie? Répondre en citant

Pourquoi se faire vacciner alors que des éudes nous montrent que la grippe AH1N1 n'est pas plus dangereuse que la grippe saisonnière?


La grippe A(H1N1) ne tue pas plus que la grippe saisonnière
LE MONDE | 14.12.09 | 14h40 • Mis à jour le 14.12.09 | 14h40


Rien ne permet encore d'affirmer que le décès d'un enfant de 9 ans, le 8 décembre, est lié à sa vaccination quatre jours plus tôt avec le vaccin sans adjuvant Panenza. Dans un communiqué publié samedi 12 décembre, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) indique que "les éléments disponibles ne permettent pas d'établir l'origine" de cette mort, "ni de se prononcer sur le rôle éventuel de la vaccination". Les résultats de l'autopsie médico-légale ne sont pas encore disponibles et "d'autres investigations sont en cours, notamment des analyses virologiques et bactériennes", ajoute l'Afssaps.

Ce décès encore inexpliqué intervient alors que des études dans différents pays montrent que la grippe A(H1N1) a un taux de mortalité analogue à celui de la grippe saisonnière. L'édition électronique du Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l'Institut de veille sanitaire (InVS), publiée le 10 décembre, fait état d'une létalité "estimée entre 1/1 000 et 1/10 000, comparable à la létalité de la grippe saisonnière". L'InVS ajoute cependant qu'"il est difficile de prévoir l'évolution de l'épidémie et du virus dans les mois à venir". Cette estimation a été réalisée au moment où la France métropolitaine comptait 91 décès dus à la grippe A. Un nombre qui atteint 139 morts au 11 décembre. "La mortalité la plus forte est retrouvée chez les adultes entre 20 et 50 ans", précise l'InVS.

L'analyse conduite par les autorités sanitaires britanniques, et publiée le 10 décembre sur le site du British Medical Journal, fournit un taux de mortalité de 26 décès pour 100 000 cas cliniques de grippe A(H1N1). Ces données ont été calculées sur les 138 décès identifiés comme liés au virus pandémique et les 540 000 cas de grippe A(H1N1) confirmés entre le 1er juin et le 8 novembre 2009. Par comparaison, le taux de mortalité lors de la grippe espagnole de 1918 était de 2 à 3 % et ceux des pandémies de 1957-1958 et de 1967-1968 tournaient autour de 0,2 %.

"Interprétation périlleuse"

Le taux calculé pour le Royaume-Uni est nettement inférieur (de quatre à quarante fois) à celui avancé pour la France, mais l'InVS reconnaît que dans ses données "l'interprétation de la létalité est périlleuse en raison des nombreux biais affectant le numérateur (nombre des décès) et le dénominateur (nombre des cas)."

Aux Etats-Unis, le Centre de prévention et de contrôle des maladies (CDC) a fourni ses évaluations pour la période allant d'avril au 14 novembre : 9 820 décès liés à la grippe A(H1N1) sur un total de 47 millions de cas, soit un taux de mortalité de 20 pour 100 000 cas, proche des données britanniques.

Partout dans le monde, le pire semble passé, la France faisant exception dans ce paysage sanitaire. L'Organisation mondiale de la santé signale ainsi l


Dernière édition par Colleen le Mer 16 Déc - 20:52 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
Colleen
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2009
Messages: 502
Localisation: drome

MessagePosté le: Mer 16 Déc - 19:56 (2009)    Sujet du message: Quel role joue cette Pandémie? Répondre en citant




Les documents que le gouvernement envoie à tous les français afin qu'ils aillent se faire vacciner contre la grippe A H1N1.
Nous pouvons constater que le texte est écrit de façon à apeurer la population.


 


Revenir en haut
Colleen
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2009
Messages: 502
Localisation: drome

MessagePosté le: Jeu 17 Déc - 11:31 (2009)    Sujet du message: Quel role joue cette Pandémie? Répondre en citant

Mme Bachelot promet que les SDF seront bientot vaccinés, pourquoi ne pas l'avoir fait avant si ce sont les personnes les plus fragiles?


Par Reuters, publié le 17/12/2009 à 10:05


PARIS - La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a assuré jeudi que les SDF, premières victimes de la vague de froid qui sévit en France, seraient rapidement vaccinés contre la grippe A(H1N1).
La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a assuré jeudi que les SDF, premières victimes de la vague de froid qui sévit en France, seraient rapidement vaccinés contre la grippe A(H1N1). (Reuters/Régis Duvignau)

La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a assuré jeudi que les SDF, premières victimes de la vague de froid qui sévit en France, seraient rapidement vaccinés contre la grippe A(H1N1). (Reuters/Régis Duvignau)

"Il serait évidemment sur le plan éthique tout à fait impossible que ces personnes n'aient pas accès à cette vaccination d'autant qu'elles sont les plus fragiles", a-t-elle expliqué sur France 2.

Pour les personnes sans abri, "il y a toutes les actions que nous menons - (...) renforcement des maraudes, places dans les foyers d'hébergement - mais je tiens à ce que ces personnes fassent l'objet d'une vaccination spécifique", a-t-elle ajouté.

Cela passera par un "renforcement des équipes mobiles avec les associations qui s'occupent de ces personnes, qui ont le langage pour leur parler, les attirer, pour les comprendre, pour qu'elles soient vaccinées", a précisé Roselyne Bachelot.

La France est actuellement "au sommet de la première vague" de l'épidémie de grippe A, selon Roselyne Bachelot, qui s'est félicitée que quatre millions de Français soient désormais vaccinés.

Elle a cependant estimé que des morts auraient pu être évitées en France si la vaccination avait été mieux acceptée. Les autorités sanitaires ont recensé 150 décès liés à la maladie. Pour la ministre, "il y a 150 morts de trop alors que nous disposons d'un vaccin".

Dans les jours qui viennent, "deux phénomènes vont s'opposer: le départ en vacances des scolaires qui va sans doute faire baisser l'épidémie mais en revanche l'arrivée de la vague de froid dope l'épidémie", a estimé la ministre de la Santé.

"Cette pandémie va sans doute un peu s'atténuer mais les spécialistes nous disent que nous pourrions avoir une, deux, voire trois vagues à suivre", a-t-elle prévenu.

"En général les vagues suivantes sont plus virulentes il faut donc en profiter pour se faire vacciner", a-t-elle de nouveau plaidé.


Revenir en haut
Colleen
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2009
Messages: 502
Localisation: drome

MessagePosté le: Jeu 17 Déc - 11:52 (2009)    Sujet du message: Quel role joue cette Pandémie? Répondre en citant

Article de presse très intéressant.


Grippe A : des médecins contestent la stratégie du gouvernement
LEMONDE.FR | 15.12.09 | 19h56 • Mis à jour le 15.12.09 | 20h39




Les médecins sont de plus en plus nombreux à douter de la stratégie du gouvernement et des autorités sanitaires dans la lutte contre la grippe H1N1. Dans un courrier (PDF) adressé, le 9 décembre, à l'ensemble des médecins libéraux, la Direction générale de la santé (DGS) a radicalement modifié ses recommandations. Alors que les antiviraux devaient, jusqu'alors, être prescrits uniquement pour les formes graves de grippe, la DGS préconise maintenant un traitement "systématique" des patients atteints. Dans cette même lettre, Didier Houssin, directeur général de la santé, souligne que les antiviraux Tamiflu du laboratoire Roche et le Relenza, des médicaments en provenance des stocks d'Etat, seront distribués gratuitement en pharmacie, sur simple ordonnance médicale.
La DGS explique ce tournant dans sa politique sanitaire par l'augmentation du nombre "d'hospitalisations et de formes graves" de grippe. Un argument bien faible pour de nombreux médecins et spécialistes. "Aujourd'hui moins de 50 % des cas de grippe sont des cas H1N1, il est probable que ce taux va encore décliner", explique le professeur Bruno Housset, président de la Fédération française de pneumologie et chef du service de l'hôpital intercommunal de Créteil (Val-de-Marne). "Aujourd'hui, cette recommandation de la Direction générale de la santé n'a pas de sens."

Plus grave, l'application de la recommandation pourrait avoir des conséquences graves sur les patients, souligne le pneumologue : "Le médicament peut engendrer certains effets secondaires comme des troubles du comportement. Ensuite, délivrer ce traitement peut induire des résistances au médicament. C'est vraiment dommage de prendre ce risque avec le seul produit efficace dont nous disposons pour les cas graves", martèle ce professeur.

LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ DOIT S'EXPLIQUER

Le Collège national des généralistes enseignants (CNGE) prend également le contrepied de la Direction générale de la santé. Dans un communiqué, ce collectif de médecins rappelle que "les données disponibles pour la grippe saisonnière ne sont pas en faveur de l'utilisation systématique de médicaments antiviraux en cas de suspicion de grippe A(H1N1)". Le CNGE demande également aux autorités de s'expliquer et "d'indiquer les arguments scientifiques et les niveaux de preuve sur lesquels s'appuie ce changement soudain de recommandation."

Le Formindep, un collectif de médecins dédié à "l'information médicale indépendante", a adressé, mardi 15 décembre, une lettre ouverte à Didier Houssin, directeur général de la santé. "L'oseltamivir (Tamiflu) n'a jamais démontré aucun effet sur la diminution de la mortalité ni le taux d'hospitalisation des personnes atteintes d'un syndrome grippal à l'exception d'une méta-analyse entièrement contrôlée par le laboratoire Roche commercialisant le Tamiflu, dont les données brutes sont inaccessibles", conteste le docteur Philippe Foucras, président du collectif. "Ces résultats qui font polémique sont largement remis en cause par le British Medical Journal du 12 décembre et les membres de la Collaboration Cochrane", conclut-il. Comme ses collègues du CNGE, le docteur Foucras réclame des explications scientifiques : "Nous vous demandons de bien vouloir nous communiquer dans les meilleurs délais l'ensemble du texte de la recommandation, son argumentaire, et les éléments et niveaux de preuve sur lesquels elle se fonde."

"ON VIDE LES STOCKS"

"Il ne s'agit que d'une recommandation et en aucun cas d'une injonction", s'est défendu Didier Houssin, mardi 15 décembre, lors d'un point presse au ministère de l'intérieur à Paris. "Concernant les risques de résistance, l'analyse des données dont nous disposons n'a révélé aucun phénomène de ce type". Quant à la systématisation de la prise d'antiviral, "certains pays, qui ont ainsi procédé, ont observé un plus faible taux de mortalité", assure-t-il.

Les médecins généralistes demeurent sceptiques. "Cela fait vraiment désordre, estime Michel Chassang, président de la CSMF, principal syndicat de généralistes. Nous avons reçu dans un premier temps des consignes très strictes nous enjoignant de limiter les prescriptions de Tamiflu et aujourd'hui on nous demande de la prescrire à tour de bras. Cette volte-face peut signifier que nous avons, en France, plus de malades que de vaccins et que la course contre la montre pour limiter la propagation du virus est perdue. Nous passons d'une stratégie de prévention à un système curatif, c'est regrettable. C'est la preuve que le système organisationnel de vaccination a été contre-performant, et maintenant on vide les stocks de Tamiflu pour ne pas se ridiculiser." conclut-il.
Eric Nunès


Revenir en haut
Colleen
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2009
Messages: 502
Localisation: drome

MessagePosté le: Sam 19 Déc - 15:28 (2009)    Sujet du message: Quel role joue cette Pandémie? Répondre en citant

Témoignages importants sur les effets secondaire du vaccin contre la grippe AH1N1 




Témoignages d’effets indésirables violents C’est bien connu : les effets indésirables des vaccins contre la grippe A/H1N1 sont dérisoires, une petite démangeaison locale, quand il y en a. D’ailleurs le gouvernement en est tellement persuadé qu’il vous fera signer une décharge avant la piqûre. Tellement persuadé, que les laboratoires bénéficient d’une immunité juridique. Avez-vous entendu parler d’effets indésirables violents suite aux vaccinations, au sacro-saint journal de 20h ? Moi pas. Et ne pas aborder le sujet, c’est laisser entendre qu’il n’y a pas matière à disserter.
Pourtant, la réalité du terrain est bien différente. Si la plupart des vaccinations se passent, pour l’instant, correctement, les couacs commencent à se multiplier et certains d’entre eux sont peu rassurants. Pour l’instant, car le scalène, utilisé dans la guerre du golfe, qui a provoqué une hécatombe dans les rangs américains plusieurs années après avoir été administré, pourrait refaire parler de lui (0) . Mais, même en se focalisant sur l’instant, la vérité commence à prendre forme.

Car, outre le doute sur le vaccin lui-même, vient s’ajouter la véritable débandade dans l’organisation de la campagne. En regard des personnels de santé non formés et réquisitionnés manu-militari, ce sont les conditions de vaccination qui commencent à être mises en causes, des « étudiants qui vaccinent sans autorisation », parfois sans médecin qui supervise, et à la chaîne – jusqu’à 600 vaccinations par jour et par étudiant : « De plus en plus de cas d’accidents, de patients qui reçoivent des sur-doses, remontent à mes oreilles. Car ce ne sont pas les mêmes étudiants qui préparent le vaccin (mélange d’une base et d’un adjuvant) et ceux qui l’administrent. Or le vaccin n’est pas le même pour tous ! », rappelle Thierry Amouroux, secrétaire du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI). (1)

Un vaccin douteux, des novices réquisitionnés, acculés dans les centres à coup de chantage administratif, qui manient la seringue à la manière des « temps modernes » de Charlie Chaplin, que peut-il sortir de bon de cette foire du trône médicale ? Qu’on en juge :

« je me suis faite vaccinée par pandemrix le 1er décembre, dans les deux jours qui ont suivis, rien si ce n’est la douleur dans le bras, le 3e jour réveil 3/4 h après m’être endormie par des tremblements et l’insensibilité de mes pieds jusqu’aux genoux. En totale panique j’ai appelé le 15 qui m’a dit d’attendre et de rappeler si cela persistait, dans la foulée j’ai eu la diarrhée et depuis ça va de mal en pis, je ne dors plus j’ai une douleur dans la poitrine. J’ai consulté et attend mes résultats sanguins ce soir, je pense que suivant cela je me rendrais aux urgences car je ne me sens vraiment pas bien. » (2)

« Je suis médecin hospitalier, à ce titre j’ai fait parti de la 1ère vague de vaccinations. Et bingo, 3 jours aprés l’injection, je me suis trouvé être l’un des 4 premiers patients à avoir un effet indésirable grave. "homme de 34 ans, avec paresthésies..." d'après l’Afssaps. Je vous épargnerai les détails, mais bilan des courses : 1ère poussée de sclérose en plaque, et déjà un mois d’arrêt de travail. » (3)

« Samedi 21 novembre , j’ai commencé à sentir des sensations anormales dans ma main gauche : picotement, engourdissement, froid. Ensuite se fut le tour de tout mon bras gauche puis le droit, ce qui m’a conduit lundi 23 novembre, à me rendre chez mon médecin traitant avec 2 bras complétement engourdis et des fasciculations sur tout le corps (myokimies m’a précisé le médecin). Mon médecin traitant m’a dirigée, en suspectant un syndrome de Guillain Barré sur le service de médecine interne de l’hôpital le plus proche pour rencontrer le médecin chef de service. Lorsque je me suis présentée dans le service, celui-ci a pris moins de 2 minutes dans les couloirs pour me dire de revenir vendredi 27.... » (4)

« je suis très inquiète, ma sœur s’est faite vacciné dimanche dernier avec pandemrix, une heure après elle a ressenti comme un énorme mal de tête et dès le lendemain des fourmillements sont apparus dans les bras et les cuisses, les pieds, le visage... 3 jours après ayant toujours des fourmillements, le centre de vaccination lui conseille de se rendre aux urgences lui informant que son état n’était pas normal. Aujourd’hui vendredi nous en sommes là : toujours des fourmillements et quelques maux de tête ..... mais surtout une inflammation au cerveau (lésion) datant de moins de 2 mois, nombre de ???? élevé à 4 après ponction lombaire donc il y a une inflammation et on doit lui faire un IRM de la moelle épinière au cours du week-end..... Le médecin ne nie pas le lien avec le vaccin, une déclaration va être faite mais aucun résultat ne peut le prouver. Elle a 32 ans et n’avait jamais eu ce type de symptôme précédemment. » (5)

« Bonsoir, alors voilà vaccin fait pour moi et mon fils hier soir à 17h44 lol pour être précise avec le vaccin Celtura, hier aucun problème, aucune douleur ni pour mon fils, ni pour moi. Ce matin 5h30 mon fils se réveille m’appelle je vais le voir il venait de vomir dans son lit et me disait avoir très mal, je le touche il était plus que brûlant ! Je lui change son lit, lui apporte une poche de glace enroulée dans un linge, je lui donne du frais à boire, j’essaye de lui faire prendre de l’algifor en sirop mais il a refusé, impossible de lui faire avaler, je prends sa température 39,9 c° alors qu’il allait parfaitement bien en allant se coucher. Bref nuit catastrophique, il dort à moitié tous en gémissant par moment et en parlant mais genre hallucination il me disait qu’on était chez le médecin alors qu’on était à la maison, bref il n’allait vraiment pas bien, j’ai été cherché mon duvet, mon oreiller et je suis restée près de lui toute la nuit à dormir parterre au pied de son lit (enfin dormir quelques minutes, se réveiller, et ainsi de suite.) Ce matin 8h40 il se réveille vraiment, mais il n’arrive pas se lever comme les jambes en coton, à peine il voulait se lever il retombait, j’ai appelé la hotline d’urgence pédiatrique (urgence je sais qu’ils sont débordés mais quand même, plus d’1h pour pouvoir les atteindre...) car toujours 39c° de fièvre et justement il restait couché en plutôt plié en deux en me disant qu’il arrivait pas se lever et qu’il avait sommeil. » (6)

« Durant la nuit de lundi à mardi, j’ai eu beaucoup de fièvre. Je me suis réveillée avec mon bras gonflé. Je ne pouvais plus le bouger ». Résultat, une semaine d’arrêt pour la jeune fille et des regrets : « Si j’avais su, je ne me serais jamais fait vacciner. Les patients ne sont pas prévenus que de tels effets peuvent arriver ». Avertie par plusieurs de ses patients, la doctoresse de l’étudiante décide de ne plus les envoyer se faire vacciner. (7)

« J’ ai été vacciné y a 15 jours et j’ ai eu très mal au bas du dos pendant 8 jours ( sacrum déplacé car parti plus faible de mon corps ).Ma femme est vacciné depuis hier et se retrouve au lit avec le dos déglingue » (8)



Ces témoignages français peuvent être multipliés à volonté, il suffit de parcourir les très nombreux forums qui en parlent, et on peut faire la même chose pour tous les pays. Aux États-Unis, par exemple, c’est le triste témoignage de la CheerLeader (9), qui a perdu l’essentiel de ses capacités motrices après la vaccination, qui défraye la chronique. En Hollande, un vaccin a été retiré après la mort de 3 bébés (10)

En lisant les témoignages, on s’aperçoit qu’il n’existe aucune procédure de déclaration d’effets secondaires. Comment donc l’Afssaps peut-elle prétendre établir des statistiques, si seule une fraction de cas flagrants lui parvient ? Les patients sont livrés à eux-mêmes, et l’administration médicale traîne la savate à reconnaître un lien entre les effets indésirables et la vaccination récente. Comme les effets secondaires neurologiques (11), cette femme enceinte qui a perdu son bébé (12), ou cet enfant de 9 ans, décédé 4 jours après s’être fait vacciné (13). On comprend mieux le doute qu’avait évoqué le Dr Girard sur la validité de la pharmaco-vigilance.

Compte tenu de cette inertie administrative à reconnaître et répertorier les effets indésirables, les multiples signalements de décès à travers le monde, 55 reconnus officiellement à ce jour (14), ainsi que les effets indésirables graves, sont probablement très en dessous de la réalité. Quand on voit que le CDC admet qu’il y a deux fois plus d’effets indésirables que pour la grippe saisonnière, et que le taux d’effets pour le H1N1 est de 82 pour un million (15), ça laisse sans voix. En effet, l’Afssaps, qui ne bénéficie d’aucune ressource de suivi de terrain, parle déjà de 0,5 effet indésirable sur mille (16), c'est à dire 500 pour un million.

En clair, les États-Unis ont … 6 fois moins d’effets indésirables que la France. De deux choses l’une, soit la France a acquis de la daube auprès des laboratoires, soit les autorités médicales américaines sont encore plus complaisantes que les nôtres en matière de rapport statistique. A qualité égale de vaccin, et à honnêteté statistique égale, c’est 6 fois plus d’effets indésirables américains qui auraient dû figurer dans la presse internationale, ce qui aurait (ramené au chiffre de la population américaine) dissuadé la plupart des gens d’aller se faire vacciner. Tout cela pour un taux de mortalité qui aura eu le record du grotesque dans l’histoire de la médecine : 0,03 pour mille, 30x moins que la grippe saisonnière.


Revenir en haut
Colleen
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2009
Messages: 502
Localisation: drome

MessagePosté le: Mar 5 Jan - 21:51 (2010)    Sujet du message: Quel role joue cette Pandémie? Répondre en citant



Grippe A - “On a voulu faire croire à l’Apocalypse”

Propos recueillis par Alexandra Gonzalez, le mardi 5 janvier 2010 à 04:00

Le professeur Bernard Debré, urologue et député UMP et membre du Comité consultatif national d’éthique, déplore une communication catastrophique autour de la grippe A.

Voix discordante dans la majorité UMP, le Pr Bernard Debré avait été parmi les premiers experts à s’opposer au discours alarmant de l’Organisation mondiale de la santé, en évoquant une simple « grippette » dans nos colonnes. Il pense que si l’on avait moins crié au loup, les gens se seraient moins méfiés du vaccin.

FRANCE-SOIR. La France a acheté près de 2 milliards de masques. Pourquoi ne s’en est-on pas servi ?
PR DEBRÉ. Les gens n’en ont pas vu l’intérêt. A force de crier au loup et de dramatiser, l’effet inverse s’est produit, et les gens ont fui le vaccin et les masques. Rappelons que l’été dernier, on pensait qu’il y aurait entre 30.000 et 40.000 morts, alors que nous n’avons – et heureusement – que 200 décès à déplorer aujourd’hui. Quand les Français se sont rendus compte que, finalement, cette grippe était globalement bénigne, ils ont ignoré les recommandations. Et c’est dommage, car je pense que sans cette gestion et cette communication catastrophiques, on aurait pu vacciner plus de gens.

Quelles erreurs ont conduit à ce fiasco selon vous ?
La première erreur a été la dramatisation faite par l’Organisation mondiale de la santé, les services de l’Etat et les médias. Ils ont voulu nous faire croire à l’Apocalypse, alors que l’on savait déjà, selon des études américaines et britanniques, qu’elle ne serait pas plus dangereuse que la grippe traditionnelle ! Je pense qu’il aurait fallu dire aux gens : cette grippe sera certes très contaminante, mais pas très dangereuse. Il est légitime de se faire vacciner chez votre généraliste, de prendre certaines précautions, mais dans le calme.

Les médecins généralistes auraient-ils dû être associés à la campagne de vaccination ?
Oui, mais l’Etat s’est dit : « Nous avons déjà dépensé des sommes folles pour commander des doses de vaccin, nous n’avons plus les moyens d’encourager les généralistes à multiplier les consultations. Réquisitionnons plutôt des étudiants en médecine à moindres frais dans des gymnases ! » Encore une fois, cela a été une erreur. Pour certains, le centre le plus proche était à 15 km de leur domicile. Ce qui fait qu’aujourd’hui nous avons écoulé seulement 5 millions de vaccins sur 94 millions commandés.

Y a-t-il d’autres sources de dépenses superflues selon vous ?
Les stocks de Tamiflu, qui sont aujourd’hui redistribués gratuitement aux pharmaciens pour les écouler, les stocks de gel hydroalcoolique, les campagnes de publicité. Selon le rapport du Sénat, plus de 2 milliards auront été dépensés par l’Etat, soit plus que la totalité des déficits des hôpitaux français, trois fois plus que le plan cancer.

Que vous inspire l’argument, avancé par plusieurs ministres, du principe de précaution ?
Effectivement, j’ai entendu Bernard Kouchner dire que si l’on avait été dépassé par la grippe, cela aurait été pire. Mais on ne fait pas de la médecine avec des « Et si » ! On est obnubilé par ce principe de précaution, qui fait perdre toute prudence. Cela me rappelle les millions de morts que l’on annonçait avec la survenue de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Quinze ans après, on en dénombre à peine une dizaine.

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, est en mauvaise posture…
Non, et d’ailleurs, je ne l’accable pas, mais j’accable son entourage. L’Institut de veille sanitaire par exemple qui, à force de veiller, en a trop fait. Les laboratoires, qui ont menacé les pays de n’avoir pas assez de vaccins pour tous. Les experts, qui doivent arrêter de tout exagérer pour se couvrir. Il faut avoir un peu de courage !
Edition France Soir du mardi 5 janvier 2010 page 8


Revenir en haut
Colleen
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2009
Messages: 502
Localisation: drome

MessagePosté le: Mar 26 Jan - 12:08 (2010)    Sujet du message: Quel role joue cette Pandémie? Répondre en citant

Beaucoup de questions sur cette pandémie:


Gestion de la pandémie: l'OMS se défend

L'OMS s'est défendue mardi devant le Conseil de l'Europe d'avoir surestimé le risque lié à la grippe A (H1N1)

L'Organisation mondiale de la santé "n'a pas été indûment influencée par les laboratoires" pharmaceutiques, a déclaré le conseiller spécial de l'OMS sur les pandémies de grippe, Keiji Fukuda.

Il s'expliquait à la demande d'un expert médical allemand, pour qui le virus a été qualifié de pandémie sous la pression des laboratoires.

Il s'agit bien d'une pandémie qui est "formellement établie, qui n'est pas achevée" alors que le virus "est présent dans le monde entier", a indiqué Keiji Fukuda devant la commission de la santé de l'assemblée du Conseil de l'Europe. "Un comité d'experts des huit pays les plus exposés, sélectionnés pour leurs compétences individuelles, a estimé à l'unanimité que tous les critères étaient réunis pour déclarer la pandémie" en juin, a-t-il ajouté.

Il s'expliquait à la demande de l'expert médical européen Wolfgang Wodarg, ancien parlementaire de l'APCE, qui avec quelques-uns de ses collègues a demandé en décembre la création d'une commission d'enquête européenne pour évaluer "la menace des fausses pandémies pour la santé".Selon ce député socialiste allemand et épidémiologiste, le virus H1N1 a été qualifié faussement de pandémie "sous la pression de laboratoires". Il voulait savoir sur quelles bases scientifiques l'OMS avait décrété qu'on avait affaire à une pandémie. "Les laboratoires n'attendaient que cela alors que la maladie était relativement peu sévère", a-t-il affirmé estimant que les fabricants de vaccins en attendaient "des recettes juteuses". Il les a accusés d'avoir "utilisé des substances aux effets mal connus" faisant courir d'éventuels risques de santé aux personnes vaccinées.

Les laboratoires "ont incité à gaspiller des ressources destinées aux soins de santé en faveur de stratégies de vaccination inefficaces", estime-t-il. Il pense que le Conseil de l'Europe devrait demander "une enquête sur les conséquences du déclenchement de la pandémie et sa prise en charge aux niveaux nationaux et européen".

Le docteur Luc Hessel, représentant le groupement des fabricants européens de vaccins, qui s'exprimait aussi devant le Conseil de l'Europe, a rejeté les accusations de Wolfgang Wodarg. "Nous avons effectué les tests de façon rigoureuse, rapidement mais sans précipitation, en profitant des dernières avancées technologiques", a-t-il affirmé. "Sur 38 millions de personnes vaccinées en Europe, les problèmes constatés sont catégoriés "de faible à modéré", a-t-il poursuivi.

Le Parisien dénonce la collusion entre l'OMS et les labos
Le quotidien fait état lundi de collusion entre des membres de l'Organisation mondiale de la santé et des laboratoires pharmaceutiques.

Le Parisien publie lundi une enquête selon laquelle les "liens d'intérêts" entre six experts de l'OMS et des firmes pharmaceutiques "sont avérés". Ces chercheurs et médecins sont rémunérés par des laboratoires et n'en font pas un secret, souligne le journal. "Même s'ils affirment leur indépendance, leurs relations avec les laboratoires entretiennent les soupçons sur l'impartialité de leurs décisions au sein de l'OMS ", écrit Le Parisien.


Revenir en haut
Colleen
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2009
Messages: 502
Localisation: drome

MessagePosté le: Mer 27 Jan - 12:10 (2010)    Sujet du message: Quel role joue cette Pandémie? Répondre en citant

Mercredi 27 Janvier 2010

Santé : Le doute sur la gestion de la grippe A gagne les eurodéputés[Fenêtre sur l'Europe]

Après le Conseil de l'Europe, qui a auditionné hier le numéro deux de l'OMS, c'est au tour des députés européens de demander, aujourd'hui, la création d'une commission d'enquête parlementaire sur le sujet.

Les élus du Conseil de l'Europe ont demandé, hier, au docteur Kejii Fukuda, numéro deux de l'Organisation mondiale de la santé, plus de transparence sur les liens existant entre certains experts de son organisation et les laboratoires pharmaceutiques.

En déclarant l'état de pandémie, alors que le virus s'est révélé moins mortel que celui de la grippe saisonnière, l'OMS a "permis à l'industrie pharmaceutique d'engranger de juteuses recettes" a déclaré l'épidémiologue allemand Wolfang Wodarg, à l'initiative de l'aution du docteur Kejii Fukuda. Un élu britannique est chargé de faire un rapport sur le sujet.

Cet après-midi à Bruxelles, ainsi qu'elle l'avait annoncé hier, l'eurodéputée Europe Ecologie, Michèle Rivasi, va demander officiellement la création d'une commission parlementaire sur les conflits d'intérêts possibles entre les agences européennes en charge du dossier et les laboratoires pharmaceutiques.


Revenir en haut
Colleen
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2009
Messages: 502
Localisation: drome

MessagePosté le: Mer 27 Jan - 12:15 (2010)    Sujet du message: Quel role joue cette Pandémie? Répondre en citant

Grippe A : approcherons-nous un jour de la « vérité » ?

Les centres de vaccination cesseront leur activité le 30 janvier. Dorénavant, la vaccination se fera dans les cabinets des médecins libéraux qui le proposent.

Nous avions très tôt remarqué avec Le Canard Enchaîné que l’OMS cherchait à préserver l’anonymat de ses experts sur la pandémie de grippe A. Le Parisien va plus loin en enquêtant sur Margaret Chan, la directrice générale de l’OMS, et sur ses conseillers très spéciaux.

Il se confirme bien que parmi les différents groupes d’experts qui conseillent sur cette question Margaret Chan, plusieurs aient des liens financiers avec des laboratoires pharmaceutiques.

Le comité du Sage, principal groupe consultatif de l’OMS pour la vaccination, est composé de 15 scientifiques internationaux qui ne rendent compte qu’à Margaret Chan. C’est sur sa recommandation qu’elle a annoncé, le 1er juin, le passage en phase 6 de la pandémie, décision qui incita les gouvernements à acheter massivement des vaccins à titre préventif. 3 membres de ce comité sont rémunérés par des labos, en plus de leur travail de chercheur : Juhani Eskola, Peter Figueroa et Malik Peiris. « Dans un comité aussi stratégique, on aurait pu attendre de l’OMS qu’elle prenne davantage de précaution pour éviter les conflits d’intérêts », indique le chercheur français Yves Charpak, ancien de l’institution genevoise.

Le comité vaccination grippe A, créé en avril 2009 lors de l’épidémie au Mexique, a été chargé de fournir des recommandations à Mme Chan. En plus de 3 membres du Sage, il comprend 10 experts censés être indépendants. 2 d’entre eux ont pourtant des liens d’intérêts avérés avec les fabricants de vaccins : Neil Ferguson et Albert Osterhaus. « Au cours de discussions avec eux, j’ai été surpris par leurs prises de position tranchées. J’ai eu des doutes quand j’ai su qu’ils étaient rémunérés par les laboratoires », ajoute un des experts de l’OMS qui travaille sur la grippe A.

Il existe d’autres comités à l’OMS, dont l’un, chargé de donner des avis à Margaret Chan sur l’évolution de la pandémie, est dirigé par Bruno Lina.
Identification de certains des experts de l’OMS

Bruno Lina, Français, responsable d’un comité technique de l’OMS, virologue au CNRS en France, par ailleurs rémunéré par Roche, Novartis, GSK, Baxter, et Sanofi-Pasteur. Egalement membre du comité français de lutte contre la grippe.

Juhani Eskola, Finlandais, membre du comité du Sage de l’OMS, directeur de l’Institut de la santé d’Helsinki. Aussi rémunéré par Novartis et GSK.

Peter Figueroa, Jamaïquain, membre du comité du Sage, professeur à la faculté de sciences de Kingston et aussi rémunéré par Merck.

Albert Osterhaus, Néerlandais, expert au comité vaccination-grippe A de l’OMS, actionnaire de Viroclinics, qui développe des traitements contre la grippe A.

Malik Peiris, Chinois, membre du comité du Sage, professeur à la faculté de médecine de Hongkong et aussi rémunéré par Baxter, Sanofi-Pasteur et GSK.

Neil Fergusona, Anglais, expert au comité de vaccination grippe A de l’OMS, professeur de médecine à l’Imperial College et aussi rémunéré par Baxter, GSK et Roche.

Une audition a lieu ce mardi au Conseil de l’Europe, à la demande d’un expert allemand, Wolfgang Wodarg, qui met en cause l’OMS. La gestion de l’épidémie de grippe A (H1N1) en Europe n’a pas fini de faire des vagues. Si la France est en tête des pays ayant engagé le plus de moyens, tous ou presque sur le Vieux Continent ont commandé trop de vaccins et essayent aujourd’hui de les revendre. L’analyse critique des processus de décision dans cette affaire est désormais indispensable pour en tirer des enseignements. Face à des systèmes de santé en déficit chronique, l’analyse du rapport coût/bénéfice des choix de santé va s’imposer de plus en plus, y compris dans les pays riches.

Wolfgang Wodarg souhaite faire apparaître, à travers ces auditions, les bases scientifiques sur lesquelles l’OMS a décrété l’alerte mondiale. Il propose que le Conseil de l’Europe demande à ses 47 États membres « une enquête sur les conséquences du déclenchement de la pandémie et sa prise en charge aux niveaux nationaux et européen ».

De son côté, l’OMS dément formellement ces allégations de conflits d’intérêt et de fausse pandémie. Margaret Chan, directrice générale de l’OMS, a reconnu la semaine dernière devant son conseil exécutif réuni à Genève, « qu’elle n’avait pas prévu que les gens décideraient de ne pas se faire vacciner. L’époque où les responsables de la santé pouvaient donner des recommandations et attendre que les populations s’y plient est sans doute révolue. En France aussi, une commission d’enquête parlementaire devrait être lancée.

Selon Michel Setbon, sociologue spécialiste des crises sanitaires : « Nous pouvons d’ores et déjà tirer plusieurs leçons de cette affaire. Elle remet en cause nos capacités de prédiction. Nous n’avons pas assez réfléchi aux manières d’anticiper avec des mesures justes les crises sanitaires. Il aurait fallu avoir un comité d’experts, notamment en santé publique, capable d’adapter la stratégie au fur et à mesure des connaissances. Enfin nous n’avons pas tenu assez compte des demandes de la population qui, face à un virus peu virulent, ne s’est pas massivement fait vacciner.

À bientôt,

André Balbo

Sources : Le Canard Enchaîné, Le Parisien, Le Monde


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:15 (2017)    Sujet du message: Quel role joue cette Pandémie?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Michael Jackson: Guéris le Monde Index du Forum -> MJ gueris le Monde -> Gouvernement Mondial Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com